Grand Prix de Tizi Ouzou 01.11.2017 10:00 10 Days
A+ A A-

Le Karting

Le tout premier engin de karting a été construit en 1956 par Art Ingels en Californie avec un moteur de récupération (d'une tondeuse à gazon) à 2-temps de la West Bend company , une compagnie établie à West Bend, Wisconsin (1911-2003). Le karting se développe rapidement en Amérique du Nord avec des fabricants tels Go Kart Manufacturing Co. (1958) et McCulloch pour les moteurs (1959). McCulloch était un fabricant de tronçonneuses à chaînes et de moteurs hors-bord. Son premier moteur pour karting, le MC-10, n'était autre qu'un moteur de tronçonneuse adapté.

En octobre 1959 se tenait à Paris le Salon Nautique à côté duquel le Salon de l'Automobile était présenté au Grand Palais. Le représentant de McCulloch International (un américain du nom de Burton Reinfrank) eut l'idée de présenter un châssis Go Kart Manufacturing équipé du moteur McCulloch sur leur stand du Salon Nautique, au milieu de moteurs hors-bord. Cette présentation remporta un vif succès et fit l'objet de reportages dans la presse automobile française. C'est ainsi que le karting fit son entrée en France et en Europe.

Dès son arrivée en Europe et pendant les années 1960, le karting connaît un engouement rapide et croissant. Les années 1970 voient une évolution technique importante des moteurs et des châssis (surtout grâce aux fabricants italiens) et de futurs grands champions commencent à émerger du karting, tels Alain Prost, Riccardo Patrese, Nelson Piquet ou Ayrton Senna. Depuis, la pratique du karting s'est structurée et est devenue un passage presque obligatoire pour qui veut devenir pilote automobile ; à l'exception du pilote russe Vitaly Petrov, la totalité des pilotes engagés aujourd'hui en F1 est passée par le karting.

 Théorie du Moteur à deux temps

 Trois parties se déplaçant, aucune valve, haut rendement et beaucoup de vitesse...Le moteur deux temps est conçu en employant un concept très simple "moins = plus!"

 Le moteur deux temps consiste en...

 * Un piston, fait d'un alliage léger, avec des segments de piston qui saisissent la paroi du cylindre pour la compression.

 * Un cylindre, d'habitude d'alliage léger avec des ports de transfert et une chemised'acier (dans lequel le piston

se déplace) pour contenir l'explosion pendant chaque cycle de compression.

 * Un axe de piston, avec une cage à aiguilles, pour connecter le piston à la bielle et un maneton de vilebrequin avec une cage à aiguilles pour connecter la bielle au vilebrequin.

 * Un vilebrequin d'acier, avec en son centre une épingle d'original(manivelle) de compensation qui, quand le vilebrequin tourne, dans une rotation exagérée, appelée le temps, convertis les forces linéaires au mouvement rotatoire.

 * Un carter, en deux moitiés, en alliage léger avec ports de transfert, correspondant à ceux dans le cylindre, portant des ouvertures pour le vilebrequin (étanchéité avec joint spi) et usinés au secteur commun des deux moitiés et à la base du cylindre pour une étanchéité efficace.

 * Une culasse, avec chambre de combustion usinée pour réaliser la compression et usinée à sa base pour le joint avec la chemise.

 Partout dans le moteur les joints appropriés sont fait pour contenir les gaz du moteurs et des liquides. Le moteur est lubrifié par l'utilisation d'huile, ajouté au carburant avant l'utilisation. Cette huile contamine le carburant et le carburant excessif non brûlé est apparent au démarrage et chaque fois que une charge est exercée sur le moteur.

 Les moteurs avec piston ont des carburateurs, qui sucent un mélange d'essence et d'air dans leur carter, le compriment et transfèrent le mélange partiellement comprimé,via les ports de transfert, à la chambre de combustion, où la compression secondaire a lieu quand le piston monte.Le mélange comprimé est enflammé au bon moment, et la conséquence est une explosion interne, dans la chambre de combustion, qui conduit le piston en bas avec une grande force et cette force est traduite dans le mouvement rotatoire par le vilebrequin.Les gaz superflus s'accrochant après la combustion sont employés pour boucher le port d'échappement pour le temps d'admission suivant.

Les moteurs à boîte à clapets contrôlent le flux d'air/carburant, au carburateur/cylindre,pendant le deuxième cycle.Le principe des clapets est une ouverture quand l'admission fait pression et la fermeture quand la pression d'admission est basse. Les clapets travaillent très durement en raison des tours minute très haut à laquelle le moteur deux temps tourne.

Le Rotax Max

Conçue à la mi-chemin du loisir et de la compétition, la réglementation du Rotax Max austement voulu éviter la débauche de réglages, La réglementation technique du Max induit une limitation des possibilités de réglages et de mise au point de la carburation pour le Rotax Max, n'est homologué qu'un seul type de carburateur avec son réglage bien défini, puisque le gicleur de ralenti, le gicleur de bas régime, l'aiguille, les puits d'aiguille et pulvérisateurs sont imposés. Seule marge de manoeuvre: le diamètre du gicleur principal et la position de l'aiguille. On peut également jouer sur la vis d'air, mais tout ceci uniquement dans les stands, car il est interdit de fixer une rondelle ou capuchon de réglage externe.Le Rotax Max ne permet en aucun cas au pilote de pouvoir intervenir en piste, contrairement au 100cc où le réglage de carburation se fait justement en action ou le pilote peut appauvrir ou enrichir sa carburation selon la situation en agissant directement sur le réglage des vis.


Le KART 

 Le châssis du Karting est composé de tube. C'est lui qui donne la rigidité au karting .Si le  châssis est très rigide, le karting aura un très bon comportement sur le sec mais un mauvais sous la pluie, s'il est très souple, cela sera le contraire. C'est pour cela que les châssis modernes offre la possibilité de régler la rigidité du châssis.Sur ce châssis, il n'existe pas de suspensions, le karting est directement en contact avec le sol.La transmission ce fait par les roues arrières sans différentiel. Cette absence de différentiel a tendance à empêcher le karting de prendre les virages !!! En courbe, la seule façon de tourner est de faire chasser l'arrière, prendre le virage en travers ou de délester une des roues arrières pour tourner sur trois roues, la géométrie du train avant aidant. Le freinage s'effectue par l'intermédiaire d'un frein à disque situé sur l'essieu arrière. Ce frein peut être commander par câble ou par circuit hydraulique. Le disque peut être ventilé et flottant. Les karting 125cc à vitesses sont eux équipé de freins a disques aussi sur les roues avants.

You need to a flashplayer enabled browser to view this YouTube video